Questions-réponses sur les directives intérimaires concernant la pratique professionnelle en clinique dentaire en situation de pandémie (phase 3)(directives)1


Ces directives sont-elles définitives?

Non, ce sont des mesures intérimaires. Comme la situation et les connaissances sur le virus de la COVID-19 évoluent, les directives formulées dans ce document pourraient être modifiées.

Nous traitons beaucoup de patients anglophones et nous considérons qu’il est indispensable d’obtenir les questions traitant du triage des patients contenues dans les annexes en anglais. Une version anglaise des directives nous sera-t-elle acheminée?

Nous travaillons actuellement à la production d’un sommaire qui sera traduit en anglais et qui vous sera communiqué dès que possible. Notez que ce sommaire comprendra les annexes pertinentes.

Triage des patients

Procédures dentaires

Si une hygiéniste dentaire a produit des aérosols en utilisant un appareil à ultrasons lors d’un nettoyage, le dentiste doit-il porter une blouse protectrice pour examiner le patient?

Comme décrit dans le feuillet 4, on juge qu’il est sécuritaire de faire un examen dentaire avec les mesures de protection universelle habituelles, sans le port d’une blouse protectrice. 

Certains parents se demandent s’ils seront admis dans les salles de traitement pour accompagner leur enfant.

Un parent peut accompagner son enfant dans la salle de traitement. Vous devez toutefois vous référer au protocole établi au feuillet 4, qui dicte les consignes à respecter, le cas échéant.

Équipements de protection individuelle

Nous avons été informés que les nouveaux masques O2 seraient supérieurs ou équivalents aux masques N95. Ces masques ont-ils été approuvés?

Nous venons de recevoir une communication nous informant de l’existence de ces masques et nous allons prendre les mesures nécessaires pour en savoir plus et vérifier leur certification. Nous vous donnerons plus de détails lorsque disponibles.

Diverses informations circulent sur les médias sociaux concernant les masques P100, qui auraient un double pouvoir de filtration. Comme ces masques sont destinés à l’usage industriel, peut-on les utiliser en clinique?

Les directives seront amendées sous peu pour permettre l’utilisation des masques P100. L’utilisation de ces derniers nécessitera cependant le port d’un masque de procédure pour recouvrir la valve intégrée au masque et ainsi filtrer l’expiration du dentiste.

Nous recevons de multiples offres concernant les masques KN95. Sont-ils tous approuvés et homologués? Certains fournisseurs ont-ils été certifiés par l’Ordre?

Les masques KN95 approuvés pour usage au Canada sont répertoriés sur le site de Santé Canada. Veuillez cliquer ICI pour y accéder. Bien que plusieurs distributeurs puissent vous contacter pour vous vendre ce type de masques, il est très important de noter que l’Ordre des dentistes du Québec n’en certifie aucun.

Est-il nécessaire de faire un test d’étanchéité (fit test) pour les masques KN95, comme spécifié dans le tableau 4 à la page 31 des directives?

Bien que certains masques KN95 doivent être testés, ceux qui sont approuvés pour usage au Canada ne requièrent pas de test d’étanchéité.

Quelles sont les ressources disponibles pour procéder aux tests d’étanchéité relatifs aux masques N95?

Il y a présentement une pénurie de ressources aptes à faire ces tests. Des discussions ont été entreprises avec les fournisseurs de matériel dentaire dans le but de les répertorier. De plus amples informations vous seront communiquées dès qu’elles seront disponibles.

Il est question de blouses protectrices de catégorie 1, 2, 3 et 4. Y a-t-il différentes qualités de blouses protectrices ainsi qu’une norme à respecter?

Les blouses semblent être en effet catégorisées de cette façon par ceux qui les fabriquent, mais aucune norme n’a été exigée pour l’utilisation en clinique dentaire. Les blouses lavables de confection artisanale sont aussi autorisées.

Une fois la période de ventilation recommandée respectée, le personnel doit-il porter une nouvelle blouse pour aller désinfecter la salle en vue de la préparation pour le prochain patient?

Une fois les aérosols déposés, il n’est pas nécessaire de porter une nouvelle blouse pour procéder au nettoyage des surfaces, sauf si le patient traité était un cas confirmé d’infection à la COVID 19.

Bon nombre d’intervenants du réseau de la santé qu’on voit à la télévision portent un bonnet. Or, on n’en fait nullement mention dans les directives. Considérant que les aérosols peuvent aussi se déposer sur la tête, devrait-on aussi en porter un?

La situation a été évaluée et il n’a pas été jugé nécessaire de rendre une telle protection obligatoire. Vous pouvez néanmoins porter un bonnet si vous le désirez.

Ventilation et filtration

Nous n’avons pas pu consulter notre expert en ventilation avant la date de réouverture des cliniques et nous ne sommes pas certains que notre clinique respecte les exigences mentionnées dans les directives. Pouvons-nous tout de même traiter des patients?

Oui, mais vous devez alors prendre certaines précautions. Si vous devez effectuer un traitement générant des aérosols et que vous ne connaissez pas les paramètres de votre système de ventilation, vous devez présumer que celui-ci procure deux changements d’air à l’heure (2 CAH). Une période d’attente de 138 minutes est alors requise entre le moment où vous avez cessé de produire des aérosols et le début du prochain traitement (voir le tableau 3 du feuillet 5).

Notre expert ne comprend pas les exigences mentionnées dans les directives. À qui peut-il parler pour obtenir des précisions?

Grâce à des experts en ventilation consultés par l’Ordre, un outil de calcul simplifié a été conçu pour vous permettre de vérifier la filtration de votre air dans les salles visées.

Comment cet outil fonctionne-t-il?

L’outil de calcul permet de déterminer le volume de la pièce, le changement d’air à l’heure (CFM) ainsi que le temps d’attente requis entre chaque patient à partir du moment où la production d’aérosols a cessé.

L’équation au tableau a été faite en fonction de six changements d’air, dont un d’air neuf, soit de 10 % à 15 % d’air neuf.

Vous pouvez consulter le site Web de l’AHAM, qui affiche les données techniques de plusieurs appareils de purification d’air. Si vous connaissez le type d’appareil pour lequel vous souhaitez obtenir des renseignements, vous le retrouverez sous l’onglet « Brand ». Autrement, vous pourrez faire votre recherche sous l’onglet « Tobacco Smoke CADR », qui correspond au CFM de l’outil de calcul.

Par ailleurs, si vous connaissez le nombre de décibels produits par l’appareil, vous pouvez consulter le site Bruit et société, qui fournit des données comparatives de bruit.

Comment puis-je consulter l’outil de calcul du temps d’attente entre la fin de la production des aérosols et le prochain patient?

Pour accéder à cet outil, veuillez cliquer ICI

Si des questions subsistent après avoir consulté cet outil, vous pouvez les acheminer à l’adresse ventilation@odq.qc.ca.

Les directives indiquent que les salles fermées n’ont pas à être étanches. Qu’en est-il exactement? Plutôt qu’une porte, la salle peut-elle être fermée par un rideau qui laisse passer l’air?

La porte devrait normalement être fabriquée à partir d’un matériau uni (p. ex. plastique, polyéthylène) qui peut être nettoyé.

Respect des directives

Des inspecteurs de l’Ordre viendront-ils vérifier la conformité de nos installations et de nos protocoles?

Les inspecteurs de l’Ordre pourront effectuer des vérifications dans les cliniques une fois la réouverture graduelle terminée.


1 Les directives émanent du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), sur la recommandation d’un groupe de travail mis en place par le MSSS. Réunies dans un document de 59 pages, ces directives ont été rendues publiques le 22 mai 2020.