Mise à jour des lignes directrices
Contrôle des infections et retraitement des dispositifs médicaux


Le projet de lignes directrices en matière de contrôle des infections et de retraitement des dispositifs médicaux décrit les exigences minimales découlant des normes établies par des organismes de normalisation comme l’Organisation mondiale de la santé et le Conseil canadien des normes. Ces normes s’appliquent non seulement aux dentistes et aux hygiénistes dentaires, mais aussi à tous les professionnels de la santé, et ce, afin d’assurer la sécurité des patients et du personnel dans les milieux de soins de santé.
 
La prévention et le contrôle des infections (PCI) sont des éléments critiques pour la sécurité des soins offerts aux patients. Ces dernières années, les préoccupations liées à la propagation possible de maladies transmissibles par le sang et à l’incidence de nouvelles maladies des voies respiratoires hautement contagieuses ont augmenté. Le contrôle des infections n’a jamais été aussi important et, dans ce contexte, les professionnels de la santé buccodentaire et les autres travailleurs de la santé ont la responsabilité de mettre à jour et de vérifier leurs stratégies et protocoles en matière de PCI.


En juin 2022, le conseil d’administration de l’Ordre des dentistes a adopté une résolution selon laquelle il approuvait le principe du document proposé par le comité ad hoc mandaté pour recommander des lignes directrices adaptées à la pratique de la médecine dentaire et alignées sur les normes établies par les organismes reconnus dans le contrôle des infections.
 
Intitulé « Lignes directrices : contrôle des infections et retraitement des dispositifs médicaux », ce document fera l’objet d’une consultation auprès des membres de l’Ordre des dentistes et de l’Ordre des hygiénistes dentaires afin d’en évaluer le niveau de compréhension et de faciliter ainsi la mise en application coordonnée des normes en la matière. À la suite de cette consultation, des clarifications pourront être apportées aux lignes directrices en prévision de leur adoption par le conseil d’administration de l’Ordre des dentistes et celui de l’Ordre des hygiénistes dentaires, plus tard cet automne.





Documents

Bulletin électronique


Foire aux questions (FAQ)

Pourquoi l’Ordre des dentistes du Québec (ODQ) et l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec (OHDQ) produisent-ils des lignes directrices en matière de contrôle des infections à ce moment-ci?


Le document d’information sur le contrôle des infections produit conjointement par l’ODQ et l’OHDQ et publié en 2009 devait être mis à niveau en fonction des normes actuelles et s’harmoniser aux pratiques applicables dans le reste du Canada.

Le projet de lignes directrices proposé par l’ODQ et l’OHDQ répond à des objectifs d’intégration des nouvelles normes en la matière et d’harmonisation avec les pratiques en cours dans les autres provinces.

Les normes sur le contrôle des infections et le retraitement des dispositifs médicaux, sur lesquelles se base le projet de lignes directrices de l’ODQ et de l’OHDQ, émanent-elles de ces ordres professionnels?

Non. Le rôle des ordres professionnels consiste à réglementer l’exercice de la profession, à contrôler la compétence et l’intégrité de leurs membres ainsi qu’à assurer la surveillance de l’exercice de la profession.

Les ordres ne créent donc pas les normes; ils les diffusent auprès de leurs membres et accompagnent ces derniers pour en assurer l’application.

Les normes sont établies par des organismes de normalisation, dont l’Organisation mondiale de la santé et le Conseil canadien des normes. Les lignes directrices décrivent les exigences qui s’appliquent aux dentistes et aux hygiénistes dentaires, et que tous les professionnels doivent respecter.

Ces normes s’appliquent-elles uniquement au secteur de la santé buccodentaire?

Les normes justifiant les lignes directrices produites conjointement par l’ODQ et l’OHDQ s’appliquent à tous les milieux de soins de santé où se déroulent des activités de retraitement des dispositifs médicaux.

Quelles seront les prochaines étapes de la mise en application des lignes directrices?

En 2019, un comité ad hoc sur l’asepsie et la stérilisation a été créé. Son rôle était de proposer, avec la contribution d’experts en contrôle des infections, un projet de lignes directrices permettant d’encadrer la mise en application des nouvelles normes en matière de contrôle des infections et de retraitement des dispositifs médicaux.

Ce comité a produit un premier projet de lignes directrices qui a fait l’objet d’une adoption de principe par les conseils d’administration de l’ODQ et de l’OHDQ en juin 2022.

Des consultations sont menées actuellement par les deux ordres professionnels auprès de leurs membres et partenaires afin de recueillir des commentaires sur le projet.

Cette consultation ne porte pas sur les normes qui sont régies par les organismes de normalisation qui ont émis les normes, mais sur la compréhension du contenu des lignes directrices émises par l’ODQ et l’OHDQ afin d’en permettre la mise en application de manière coordonnée par les membres des équipes dentaires.

Une adoption finale du projet de lignes directrices par les conseils d’administration de l’ODQ et de l’OHDQ aura lieu à l’automne 2022.

La version définitive de ces lignes directrices sera par la suite diffusée à l’hiver 2023. De plus, une formation de mise à niveau sur le contrôle des infections et le retraitement des dispositifs médicaux sera offerte aux membres.

Des rencontres avec les partenaires de l’industrie buccodentaire sont également prévues. L’objectif de ces rencontres est de familiariser les partenaires avec les nouvelles exigences en matière de contrôle des infections et de retraitement des dispositifs médicaux afin qu’ils puissent offrir aux cliniques dentaires des services adaptés aux normes actualisées.

De combien de temps les cliniques dentaires disposeront-elles pour mettre les nouvelles normes en application?

Une période de rodage suffisante sera accordée pour la mise en application des nouvelles normes. L’ODQ et l’OHDQ mettront tout en œuvre pour encadrer leurs membres respectifs et favoriser une transition en douceur dans les cliniques dentaires.